logo
Discutons ensemble
Nat B.Good
Nat PennArBed
L’abbaye de Daoulas en #voyageinfluenceur

Quand je reçois une invitation de la part de Guylène Michel, chargée de webmarketing pour Chemins du Patrimoine en Finistère, pour participer à un week-end influenceurs à l’abbaye de Daoulas et au domaine de Trévarez, bien sûr que j’accepte !

D’une part, parce que j’adore notre patrimoine finistérien sous toutes ses formes, et d’autre part, parce que ce genre d’événements favorise toujours de belles rencontres tout en permettant des découvertes uniques et originales. Pour ce #voyageinfluenceurs, nous étions une dizaine d’influenceurs, du Finistère et de la région parisienne.

Mersi bras da / grand merci à Guylène, Carla, Noélie et Elisa de CDP29 pour l’accueil et l’organisation de ce week-end sympathique de découvertes finistériennes et africaines.

Venez ! Allons faire mieux connaissance avec l’abbaye, du moins ce qu’il en reste et ce centre “multi-lieux” qu’elle est devenue.

img 1982
Accueil des instagrameuses et intagrameurs par Guylène et Elisa

l’EPCC Chemins du Patrimoine en Finistère

Tout d’abord, Chemins du Patrimoine en Finistère, c’est quoi ?

C’est un Etablissement Public de Coopération Culturelle créé à l’initiative du département du Finistère. Cinq domaines patrimoniaux remarquables du Finistère y sont réunis depuis 2006 :

Il est principalement financé par le Conseil départemental avec, aussi le concours de l’Etat et des communes de ses lieux d’implantation.

Ce projet culturel privilégie une approche contemporaine et vivante du patrimoine et valorise les diversités et la découverte. Sa programmation, riche et variée, mérite d’être connue, l’événement annuel le plus célèbre proposé par CDP29 étant “Noël à Trévarez”. Et d'ailleurs, à vos agendas : la prochaine édition aura lieu du 19/11/2022 au 08/01/2023.

img 2097
#voyageinfluenceurs pour la mise en avant du site sur les réseaux sociaux

L’abbaye du XIIème à aujourd’hui

Elle se trouve dans les hauteurs de Daoulas, entre le pays Léon (Bro Leon) et la Cornouaille (Bro Gerne). La légende raconte que Saint Tadec et Saint Judulus furent massacrés par un seigneur du Faou, qui dû fonder le monastère de Daoulas en réparation de ses crimes. La tradition, elle, nous transmet que l’abbaye fut fondée par Guyomarc’h IV, vicomte de Léon, en expiation du meurtre de son frère Hamon, évêque de Léon. A vous de choisir votre camp !

img 2282
Fontaine et oratoire du 16ème

Malheureusement, il ne reste pas grand-chose de cet édifice fondé au 12ème siècle par l’ordre de Saint Augustin. L’église, son cloître roman et sa vasque sont classés monuments historiques depuis 2004. Dans le parc, on y trouve une fontaine et un oratoire du 16ème.

Petite histoire : A la révolution, l’abbaye est vendue à des propriétaires privés, c’est le début de modifications et du démantèlement (ventes de pierres, remaniement du bas-côté sud, etc…) de cet édifice. Au 19ème, il devient demeure bourgeoise et en 1950 il est racheté par la congrégation des Soeurs Franciscaines de Blois. Finalement achetée par le conseil départemental du Finistère en 1984, l’abbaye est devenue depuis un lieu de culture où il fait bon visiter les jardins et les expositions.

Le jardin aux mille vertus

Les jardins de l’abbaye sont un émerveillement. J’ai adoré l’ambiance de sérénité et d’apaisement que l’on ressent dès qu’on y entre. Créés pour la promenade, la contemplation, le repos et la découverte, ils sont dédiés aux plantes médicinales (al louzaouennoù e #brezhoneg).

Le jardin des simples - labellisé Jardin Remarquable depuis 2012 est organisé en 2 terrasses. On y trouve pas moins de 300 espèces végétales issues des 5 continents. Ce jardin est une invitation au voyage et à la découverte des vertus médicinales, aromatiques et condimentaires de plantes et fleurs aussi étonnantes qu’incroyables. Belle surprise que le Cosmos Atrosanguineus qui sent le chocolat, mais beaucoup moins étonnée par la mélisse et son odeur citronnée…

img 2227
Cosmos Atrosanguineus et son odeur de chocolat

Attenant au jardin des simples, le jardin des arbres médicinaux vous permet de déambuler le long d’un parcours paysager. Y sont mises en valeur différents arbres aux propriétés médicinales (if, tilleul, marronnier d’Inde, etc…). Les 5 hectares de promenade à travers zones humides, pelouses et arbres exotiques finiront de vous charmer. Une halte s’impose à la fontaine Notre-Dame réputée pour soigner les yeux et à l’oratoire aux statues polychromes. Le plus de cette visite : les panneaux trilingues mentionnant les noms des variétés en latin, breton et français. De quoi enrichir son vocabulaire. Vous saviez que "l'agripaume" en brezhoneg, se dit "Linad ar Galon", littéralement : "l'ortie du coeur" ou encore que le souci, se sont les Bouquets des Abeilles (Bokedoù ar Gwennan) ? Et bien, moi non plus !

Dans le cadre de notre voyage influenceurs, nous avons participé à un atelier de composition de tisane. Grâce à Elisa, notre guide pendant cette matinée, nous avons appris beaucoup sur les différentes plantes. Elle nous a aussi aidé à confectionner nous-mêmes nos propres tisanes. Il s’agit d’un des ateliers proposés par l’abbaye. Si vous avez envie de jouer aux apprentis apothicaires, essayez-le. Nous, nous avons géré comme des chef.fes et personne n’a souffert d’intoxication ensuite. Enfin, pas que je sache !

img 2253
Préparation à l'atelier de confection de tisanes

Vous l’avez compris, ces magnifiques jardins offrent de quoi déambuler entre spiritualité et méditation, tout en comprenant mieux les liens inhérents unissant ressources naturelles, connaissances scientifiques et la nécessité de se soigner.

Les balades photographiques

Pour les amateurs d'art et d'images, les jardins, propices à la flânerie, accueillent chaque année une exposition photographique. Cette année et jusqu’au 4 décembre 2022, vous pourrez ainsi découvrir les univers d’Ayana V. Jackson (Etats-Unis) et d’Omar Victor Diop (Sénégal) . Et franchement, j’ai été conquise ! Vraiment une très belle découverte que ces 2 photographes.

img 2229 1
Le long des sentiers des jardins, les balades photographiques.

La première, Ayana V. Jackson, met en scène des corps de femmes en déconstruisant et en réinterprétant la peinture classique européenne via des visions d’archives coloniales afin de libérer les corps noirs. J’ai trouvé ses clichés très forts émotionnellement : une considération éthique palpable nourrie par les thèmes de la race et du genre.

Le deuxième artiste, Omar V. Diop, compose quant à lui des allégories visuelles où se mêlent éléments cosmopolites et traditionnels à des images de faune et de flore extraites d’encyclopédies naturelles, le tout dans le style de la photographie de studio africaine (Keïta). Son oeuvre combine les arts plastiques, la mode et le portrait photographique. Sa série “Allégoria” se décline en 15 clichés, le photographe y incarnant l’humanité devant protéger la vie, entourée d’espèces florales et animales disparues ou en train de disparaitre. Forcément, ces images interpellent.

Afrique, les Religions de l’Extase

L’exposition « Afrique les religions de l’extase » est à découvrir jusqu’au 4 décembre. Elle vient du MEG (Musée d’Ethnographie de Genève) et a été adaptée par Chemins du Patrimoine en Finistère dans le cadre de sa grande exposition annuelle.

img 1991
Présentation de l'exposition

Cette expo vaut le détour car elle sort des sentiers battus et vous oblige à une ouverture d’esprit inhabituelle. Ainsi Chemins du Patrimoine en Finistère nous propose un voyage sur le continent africain et au-delà, à la découverte des différentes cultures religieuses africaines. Cette exposition se révèle être une véritable plongée dans une atmosphère de mysticisme pour nous dévoilier la ferveur des croyants africains.

Avec ce thème des religions en Afrique, on comprend mieux la pluralité des pratiques et comment la religion se définit comme un ensemble de rituels, de façons de vivre face aux puissances de l’invisible. Dieu unique, divinités multiples, esprit des ancêtres ou de la nature, l’Afrique nous est présentée comme un espace plus culturel que géographique avec ses multiples pratiques religieuses se retrouvant jusqu’aux Amériques et en Europe.

Les religions en Afrique sont complexes, vivantes et souvent méconnues. C’est une belle occasion d’en apprendre beaucoup ! Pour cette exposition, prenez-vous au moins 2 heures, tellement elle est dense : beaucoup d’objets, textes, photos et concepts à appréhender. Elle est aussi parfois dérangeante (les rites sacrificiels, ce n’est pas trop ma tasse de thé) mais en tout cas, elle amène à de nombreuses pistes de réflexion et ne vous laissera pas indifférent.es.

Quand vous aurez l’occasion, essayez de passer un moment à l’abbaye de Daoulas. Ses jardins, son parc, son exposition annuelle, ses balades photographiques sont autant d’invitations au voyage que de moments agréables à passer en famille ou entre amis. Les animations et ateliers proposés - il y en a beaucoup-, la boutique et son café pour une petite restauration sur place agrémenteront votre visite et vous aideront à passer un moment “hors du temps”.

img 2263
Moment d'échange et de détente pendant l'atelier "tisanes"

Les plus : les animaux tenus en laisse sont admis dans les jardins (pas dans la salle d’expo sauf pour les chiens guides d’aveugles). Et votre ticket d’entrée vous permet de profiter d’un tarif réduit chez les partenaires de l’abbaye de Daoulas (Fonds Hélène & Edouard Leclerc, Océanopolis, le Centre d’Art contemporain Passerelle, la carte d’adhérent au Réseau Culturel 4Ass’ et +, le Conservatoire national Botanique de Brest). Vous trouverez toutes les infos pratiques et les tarifs sur www.cdp29.fr.

Si vous avez des questions, contactez-moi via le formulaire de contact de ce site.

Vous me trouverez aussi sur les réseaux sociaux. 😉

A très bientôt ici pour mon prochain article sur la 2ème partie de ce #voyageinfluenceur organisé par Chemins du Patrimoine en Finistère : le château de Trévarez et ses 1000 merveilles.

Kenavo Tudoù !

Partager sur :